UNE MAJORITE HUMANISTE,
PROGRESSISTE ET ECOLOGISTE
POUR LA FRANCE

Madame, Monsieur,

Le 7 mai, vous avez désigné à la tête de l’Etat, Emmanuel Macron, par un vent qui se veut d’espoir : celui du progrès, de l’Europe et du renouveau de la vie politique.
Ensemble, nous devons avoir la détermination de renforcer les rangs de l’assemblée nationale, d’une majorité à même de permettre à l’élan issu de l’élection présidentielle, de rentrer dans les faits. Il nous appartient aujourd’hui d’être les garants de cet espoir, en dotant l’Assemblée, les 11 et 18 juin, d’une majorité d’hommes et de femmes libres, qui s’inscrivent dans un projet humaniste, progressiste, de renouveau démocratique et de dialogue social.
Ne laissons les vents contraires ternir cette espérance.

Au nom de l’UDE et sous les auspices de notre devise républicaine, « Liberté, Égalité, Fraternité », notre candidature s’inscrit pleinement dans cette perspective :

S’attaquer aux intérêts partisans qui minent notre pays, en dépassant les clivages artificiels et en installant de nouvelles pratiques institutionnelles.

  • L’élection présidentielle et son cortège d’effondrement des partis dits « de gouvernement », à gauche comme à droite, a démontré que l’époque des anciennes pratiques partisanes, tournées plus la protection d’elles-mêmes et de leurs situations acquises, que sur la projection vers l’avenir du pays, la construction de projets politiques à même de prendre en compte les enjeux d’aujourd’hui et de demain, de les comprendre et de proposer des solutions, était révolue.
  • Les françaises et les français ne sont pas là pour servir les intérêts de quelques uns, de quelques partis endormis sous leurs lauriers de la république, la France a besoin de politiques qui pensent, qui réfléchissent, qui proposent, pour leur pays, pour le peuple de France, pour l’Europe, pour le monde.
  • Nous souhaitons que la fonction politique soit plus étroitement surveillée, contrôlée, sanctionnée lorsqu’elle abuse de son statut et de ses prérogatives.
  • Nous souhaitons l’établissement d’une dose de proportionnelle pour les élections législatives, afin que les différences tendances, les différents projets politiques, puissent s’exprimer, proposer, voter, sans toutefois bloquer le pays comme cela put être le cas par le passé, en s’inspirant du mode de scrutin des municipales, où l’équipe qui remporte l’élection se voit dotée d’une majorité renforcée, tout en laissant de la place et de l’oxygène aux oppositions.

Porter l’idée d’une transition écologique ambitieuse en mettant en place un modèle de développement générateur d’emplois et privilégiant des filières comme l’économie solidaire, l’économie circulaire et en favorisant l’entreprenariat.

  • Nous sommes au 21ème siècle ! Ce siècle doit être celui de la rupture avec les politiques économiques passées, basées sur toujours plus de consommation, de concentration, de gaspillage sans compter des ressources de notre planète, de déplacement des hommes et des biens.
  • Il est temps de se poser, de se calmer, de tourner nos efforts sur la solidarité, la proximité, la facilité de vivre, de travailler, d’entreprendre.
  • Il est temps de penser le progrès comme une marche vers le mieux pour l’humain, plutôt que le considérer comme une variable d’ajustement, comme un paramètre d’exécution, comme un consommateur compulsif de notre trop plein de production d’un côté, comme une main d’oeuvre bon marché, corvéable à merci, de l’autre.
  • Il est temps de penser le progrès comme étant une recherche d’une meilleure vie pour toutes, pour tous, avec la notion de partage, de juste répartition des richesses.

Aller vers une sécurité sociale universelle, en veillant à ce que les aléas du marché du travail soient accompagnés par la garantie de droits sociaux pour tous.

  • Pour dire et acter un Stop au grignotage continu, par petits coups de dents, de la couverture de la sécurité sociale, républicaine, redonnons sa pleine dimension à la sécurité sociale, ne laissons pas les assurances privées prendre le dessus, la sécurité sociale doit assurer à toutes, à tous, à chacune et à chacun, le remboursement des soins qu’exigent son état de santé.

Défendre et renforcer une politique de santé publique, en veillant scrupuleusement qu’elle ne soit, peu à peu, démantelée, privatisée, laissant sur le bord de la route des soins, les plus faibles, les plus démunis.

  • Déserts médicaux, dans les campagnes, dans les banlieues, centralisation toujours plus importante des moyens et infrastructures de santé, encadrement croissant rampant de la médecine libérale, de plus en plus étroitement surveillée par les structures de remboursement des soins, notamment les structures privées, dont le but suivi est clairement le profit plutôt que le meilleur soin au plus près du patient, il est urgent de réagir et donner un coup d’arrêt à cette dérive mortifère, au sens propre du terme.
  • Redonnons à la médecine les moyens et la liberté de s’exercer, de se rapprocher des gens, la santé ne doit pas être affaire de profit, mais de générosité et de soin à l’Autre.

Renforcer la sécurité des personnes, au quotidien, en implantant une police de proximité, préventive plutôt que coercitive.

  • La police de proximité, de prévention, de sécurisation des espaces publics, supprimée par Sarkozy lors de son arrivée au pouvoir, a retranché la police dans les commissariats, laissant le champ libre à toutes les exactions au quotidien, dealers, « petits » délinquants, mais aussi, « grands frères », communautaristes, islamistes, qui peuvent ainsi, en toute quiétude, faire jouer une pression de chaque instant envers les femmes,  leur imposer le voile, le recouvrement de leur corps, la privation de leur liberté.
  • Repenser une police proche des habitants, à leur contact permanent, réimplanter des éducateurs de rue, de quartier, voilà ce qu’il faut mettre en place, pour ramener la paix et la sécurité républicaine au plus près de chez soi.

Reconstruire l’Europe avec nos partenaires en soutenant l’idée d’une Union européenne lisible, sociale, au fonctionnement démocratique, en plaçant l’humain au centre du projet européen.

  • L’Europe est un magnifique projet, … qui est largement sous-exploité, sous-utilisé, qui reste à construire, en  plaçant l’Humain au centre de ses préoccupations.
  • Le fonctionnement démocratique européen soit être sérieusement revu, afin que l’assemblée européenne et la Commission, aient les moyens et la légitimité de développer un projet, des stratégies de développement, des actions concrètes, pour le bien de tous, au sein de ses frontières, et à l’extérieur de ces frontières. L’Europe n’est pas suffisamment présente et active sur la scène internationale, ses valeurs ne sont pas suffisamment portées, nous devons arrêter de raisonner quasi exclusivement en tant que pays, et renforcer nos structures européennes.

Faire de la France le pays d’accueil qu’elle est dans son cœur et dans ses gènes,

En revoyant complètement nos politiques migratoires, avec humanité et lucidité, en instaurant un doit d’asile universel à toute femme, tout enfant, tout homme, victimes de régimes liberticides.

  • Le monde d’aujourd’hui est cruel, ce n’est pas une nouveauté, bien sûr, mais la recrudescence des crimes, violences de plus en plus atroces, de plus en plus médiatisées via les réseaux sociaux, plus particulièrement envers les femmes et les enfants, victimes premières des régimes ou organisations liberticides, fanatisées, nous imposent de réagir.
  • C’est pour cette raison, que nous souhaitons que la France instaure un droit d’asile universel, qu’elle s’engage à accueillir, à bras ouverts, les victimes de ces luttes inhumaines et en tout premier lieu, les femmes, les enfants, au nom du droit de chacune et de chacun à pouvoir vivre, tout simplement, vivre libre et sans avoir la peur au ventre de tomber sous les coups des barbares des temps soit disant modernes.

 

Pour une majorité de progrès et qui n’oublie personne,
les 11 et 18 prochains, votez UDE,
Votez Violette Baranda
& Gilles Saulière

 

Téléchargez notre profession de foi au format PDF